Quelles sont les démarches pour conduire un tracteur routier?

Conduire un tracteur routier est un métier comme tant d’autres qui permet de gagner sa vie correctement. Avec un salaire motivant et beaucoup de souplesse ainsi que de liberté dans le métier, il est toutefois nécessaire de maitriser l’engin à conduire. Aussi, l’obtention d’un titre professionnel de conducteur du transport routier est une obligation avant d’exercer, que ce soit pour son propre compte ou pour celui d’une société. Ce titre s’obtient après réussite aux épreuves réglementaires du permis de conduire. Voici les détails sur les démarches à suivre :


La préparation pour passer le permis de conduire

La préparation pour passer le permis de conduire

La préparation pour passer le permis de conduire

Passer le permis de conduire un tracteur routier ne s’improvise pas. Des préparations s’imposent en commençant par l’apprentissage du démarrage de l’engin. Pour ce faire, il faut tourner la clé de contact d’un cran dans le but de réinitialiser les jauges et d’alimenter les bougies de préchauffage. Un moniteur de conduite spécialisé poids lourd se chargera ensuite d’expliquer les détails. Outre le démarrage, étape essentielle, le changement de vitesse est également à maitriser. Il faut savoir que ce procédé diffère selon chaque type de tracteur routier d’où la nécessité de tous les savoir. Par ailleurs, il importe énormément de prendre les virages et de savoir garer l’engin qui est assez imposant.

L’inscription dans un centre de formation pour la conduite de véhicules lourds

L’inscription dans un centre de formation pour la conduite de véhicules lourds

L’inscription dans un centre de formation pour la conduite de véhicules lourds

Afin de bénéficier d’une formation pour conduire les véhicules lourds, s’inscrire dans une auto-école est nécessaire. Le service des permis de conduire local sera en mesure de conseiller et d’informer sur les écoles de formations agréés qui se trouve dans votre région. On doit ensuite choisir un programme de formation en adéquation avec le programme officiel que l’instance compétente aura approuvé.  A l’issu de la formation, le permis C ou D est à la clé en Union européenne mais aux Etats-Unis c’est le permis A ou B. Pour devenir chauffeur routier, il faut 350 heures de cours, à étaler sur plusieurs mois avant de pouvoir exercer l’emploi. Des formations plus courtes sont possibles mais uniquement pour les personnes ayant déjà acquis en expérience et ne nécessitant qu’un cours de recyclage. Le cout de la formation varie d’un pays à un autre ; en France par exemple, il est d’environ 2 500 euros.

Suivre une formation permet d‘acquérir énormément en connaissances et en compétences :

–          Changer de vitesse

–          Régler la vitesse sur autoroute

–          Conduire dans une file et changer de file

–          Prendre des virages sans se mettre en danger ni entraver la sécurité des usagers de la route

–          Conduire dans les bouchons

–          Contourner les obstacles

–          Conduire en zone urbaine ou rouler dans les rues étroites

–          Faire marche-arrière et garer le véhicule

La formation est également un moyen de devenir plus responsable :

–          Tenir un journal de bord pour inscrire tous les événements du voyage

–          Maîtriser l’usage des freins pneumatiques

–          Connaitre les règles de transport des marchandises dangereuses

–          Connaître et appliquer les exigences du ministère des Transports

 

La réussite à l’examen du permis de conduire

La réussite à l’examen du permis de conduire

La réussite à l’examen du permis de conduire

Pour obtenir le permis de conduire un tracteur routier, il faut d’abord répondre à certaines conditions d’aptitude physique. D’abord, il y a la condition en ce qui concerne l’âge à partir duquel on peut conduire un tel engin. Il varie selon les pays mais en général, il faut être âgé de 21 ans pour être en mesure de conduire une semi-remorque commerciale. Aux Etats-Unis, un permis restreint est délivré aux conducteurs de 18 ans, après avoir subi une visite médicale concluante. Ensuite, il y a l’épreuve théorique dont la nature dépend du type de véhicule à conduire. L’épreuve se portera également sur des connaissances générales et pour ceux qui désirent conduire un véhicule doté d’un système de freinage pneumatique, une épreuve à ce sujet est également à prévoir. Pour conduire un véhicule dont l’attelage est composé d’un tracteur routier et d’une semi-remorque, une épreuve d’attelage et de dételage est également à prévoir.  Le transport de marchandises dangereuses nécessite le passage de l’épreuve sur les conditions de transport par route des matières dangereuses. Pour conduire un véhicule-citerne, l’épreuve doit aussi porter sur les transports en citernes. Pour la conduite d’un train routier comportant deux ou trois remorques, une épreuve sur la conduite de ce genre de véhicule articulé est nécessaire.

Il est, en outre, conseillé de demander un permis d’apprenti conducteur. Il s’agit d’un permis valable seulement 6 mois, à demander à l’issu de l’épreuve théorique, en attendant le permis définitif. Il servira à préparer les épreuves pratiques de l’examen en s’entrainant sur un vrai engin en étant accompagné d’un instructeur titulaire d’un permis de conduire professionnel. Ce permis s’obtient en respectant les conditions qui suivent :

–          Etre âgé d’au moins 18 ans

–          Avoir un permis de conduire en cours de validité

–          Réussir aux épreuves théoriques

–          Avoir un avis médical favorable ou une carte médicale

Il faut ensuite passer les épreuves pratiques une fois les examens théoriques réussis. Le résultat variera en fonction des heures de conduite effectué durant la formation. Il est possible de louer la semi-remorque du centre de formation pour passer les épreuves. Ils porteront en partie sur les compétences générales qui suivent, outre les compétences particulières selon le type de véhicule choisi :

–          L’inspection de pré-trajet : qui est un ensemble de tests réglementaires qui servent à déterminer l’aptitude à vérifier si l’état de l’engin permet de prendre la route en toute sécurité ou non. Les vérifications nécessaires pour ce faire sont alors à effectuer devant un examinateur.

–          Le contrôle et la conduite du véhicule : qui consiste à monter dans la cabine pour faire les manœuvres et contrôles requis devant un examinateur. Ce dernier demandera à ce que l’on roule en avant, puis en arrière, et enfin dans les virages sans changer de file ni renverser les cônes de signalisation ni toucher les obstacles.

–          La conduite sur route durant laquelle l’examinateur observera la conduite dans des situations variées : virages, passage à niveau, zone urbaine, autoroute, etc. bref, des conditions  sur route réelles.

Une fois le permis en poche, il n’y a plus qu’à trouver un emploi pour l’utiliser. Les sociétés de transports routier recrutent souvent, sinon travailler en tant qu’indépendant est également une bonne idée. Pour conduire d’autres gammes de véhicules, des formations supplémentaires doivent être suivies.


Quelques conseils

Voici, enfin, quelques conseils qui pourront s’avérer utile lors de la conduite d’un tracteur routier et les démarches à suivre pour y parvenir :

–          Il est important de faire usage de tout l’espace mis à sa disposition

–          Il faut bien surveiller l’arrière de la remorque en ne quittant pas le rétroviseur intérieur des yeux pour s’assurer que le trottoir n’est pas touché.

–          Surveiller sans arrêt la zone où l’on roule, que ce soit à l’avant, à l’arrière ou sur les côtés.

–          Faire preuve de bon sens en conduisant avec la plus grande des prudences quelle que soit la situation. En effet, conduire une semi-remorque est comparable à la tenue d’une arme à feu : la prudence est toujours de mise.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire