5 voitures électriques capables de tirer une remorque

Comme la tendance est aux voitures électriques pour prendre soin au mieux de notre environnement, la question se pose lorsqu’il faut tracter une remorque : ces véhicules électriques sont-ils capables de tirer une charge ? Il existe effectivement quelques modèles qui sont capables de tirer une remorque dont les 5 de la liste qui suit :

 


TESLA MODEL S

TESLA MODEL S

TESLA MODEL S

La Tesla Model S est l’une des voitures électriques les plus puissantes du marché actuel. Non seulement il dispose d’un moteur supplémentaire désormais mais en plus, il gagne une traction intégrale sans toutefois avoir des répercussions sur l’autonomie. Cette berline électrique, avec  ses 700 chevaux, a décidément tout pour plaire et est même capable de tirer une remorque. Les performances du Tesla Model S ont toujours été exemplaires. Ce modèle est la preuve vivante de ce qu’une voiture électrique est capable de faire pour casser les préjugés. Même la version de base 70D a quelque chose dans le ventre et ne se démonte pas, tant en rapidité qu’en plaisir de conduite. Aujourd’hui, pour satisfaire encore plus sa clientèle, la version P85D est commercialisée. La particularité de ce véhicule est d’avoir un second moteur électrique permettant d’avoir la transmission intégrale avec un moteur par train, chacun modulant sa puissance selon les besoins. La solution est tout simplement efficace et très simple. Cela n’est évidemment possible qu’avec des moteurs électriques légers et compacts. Mais c’est surtout la puissance de ce véhicule qui est impressionnante. Avec 224 chevaux à l’avant, additionnés avec les 476 chevaux à l’arrière, on relève 700 chevaux. Le couple géant de 930 Nm, la transmission sans vitesse et l’excellent grip  grâce à la transmission intégrale font alors de la Tesla Model S P85D la Berline qui accélère le plus vite au monde avec 3,4 s de 0 à 100 km. La répartition de couple est gérée en étant redéfinie cent fois par seconde mais au volant, on ne ressent presque pas cela, d’où sa grande efficacité. Le véhicule reste vivace et totalement maniable même sur les petites routes de montagne. La puissance se régule d’elle-même en douceur. Son poids de 2 239 kg n’est pas un obstacle car la P85D est dotée d’un centre de gravité très bas ; les batteries sont placées dans le châssis et les masses équilibrées sont bien réparties. Ainsi, on oublie son poids au volant grâce à ses performances, sa suspension pneumatique excellente et sa direction réactive. Ce comportement neutre et efficace s’accompagne en plus d’un très grand confort, ce malgré des roues de 21 pouces. Il n’y a qu’au niveau de l’insonorisation qui gêne un peu à cause du toit en verre panoramique. Quant à l’autonomie, elle est de 480 km. L’autre nouveauté intéressante sur ce modèle est son système Autopilot qui inclut un radar, une caméra et un sonar à 360° en série ; ces équipements servent surtout à des fonctions de sécurité et de confort surtout lorsqu’il faut tracter une remorque.  A l’intérieur, le véhicule reste élégant et moderne, sans grands changements. On y retrouve un ensemble de touches de métal, Alcantra et carbone donnant une allure sportive chic. De nouveaux sièges sont également disponibles. Bref, il n’y a que des qualités chez la Tesla Model S P85D mais cela a évidemment un prix : 100 540 euros.

 

TOROIDION 1MW

TOROIDION 1MW

TOROIDION 1MW

Cette voiture 100% électrique a été découverte lors du Salon Top marques Monaco dernièrement. La Toroidion 1MW est d’origine Finlandaise mais aux premiers abords, elle a vraisemblablement été influencée par Jaguar. Le design extérieur s’apparente à celui des véhicules signés Jaguar dans les années 60 et 70. Cela s’explique par le fait que Passi Pennanen, le fondateur de la compagnie Toroidion, a déjà travaillé comme designer auto chez Jaguar pendant des années. Ce sont surtout les portières papillons qui accentuent cet effet rétro mais très classe de ce modèle-ci. Mais bien au-delà de ce design, on fait face à un véhicule d’une puissance incroyable pour un modèle électrique. Capable de tirer une remorque, le Toroidion 1MW développe une force d’un mégawatt comme son appellation l’indique, ce qui est l’équivalent de 1341 chevaux. Il se revendique ainsi comme étant le véhicule électrique le plus puissant au monde. Il y a en tout 4 moteurs électriques qui sont directement liés aux quatre roues de la voiture, ce qui fait 200kW à l’avant et 300 kW à l’arrière. Cette voiture concept promet de belles prouesses ! Il est également à noter que ce modèle dispose d’une batterie interchangeable. Les utilisateurs peuvent donc facilement enlever eux-mêmes la batterie du véhicule pour le recharger. Ce détail est encore plus intéressant en sachant que la compagnie prévoit une version pour la course pour viser une participation aux 24 Heures du Mans. Les autres détails sur ce véhicule restent à découvrir mais en attendant les premiers exemplaires, chacun peut méditer sur le prix indiqué par Passi Pennanen : entre 1,5 et 3,5 millions d’euros ce qui ne sera évidemment pas donné !

 

TOYOTA PRIUS

TOYOTA PRIUS

TOYOTA PRIUS

La voiture électrique hybride Prius est produite par Toyota depuis maintenant 19 années avec trois générations au compteur. Ainsi, cette dénomination peut couvrir plusieurs modèles hybrides avec double motorisation, à la fois thermique et électrique avec le système Hybrid Synergie Drive. Dans la plupart des cas, l’énergie utilisée est l’essence sauf pour le modèle rechargeable de la Prius III qui utilise l’électricité du secteur. C’est la berline 4 porte qui fut le premier modèle Prius proposé. Ensuite en 2000 vint la version à carrosserie identique mais avec des améliorations côté technique. La Prius II est venu en 2003-2004. En 2009 la Prius II est arrivée puis, dernièrement au Salon de Francfort en septembre 2015 a été dévoilé la Prius quatrième génération. Ce modèle dispose d’un moteur à essence aidé de deux moteurs électriques MG1 et MG2 de puissances et de tailles différentes. Les trois moteurs sont reliés à un train épicycloïdal. Le moteur à essence a été conçu dans un souci d’économie en énergie et dans le but de moins polluer. Côté transmission, on fait face à un modèle électro-mécanique c’est-à-dire qu’une partie de la puissance passe par voie mécanique tandis que l’autre se fait par voie électrique, ce qui reproduit exactement les mêmes sensations de conduite qu’une transmission à variation continue classique mais les principes sont totalement différents. Ce type de transmission ne nécessite donc pas l’usage de l’embrayage. L’automobile fonctionne comme un modèle hybride complet ou Full hybrid. A faible puissance, c’est le moteur électrique qui fonctionne seul jusqu’à ce que la batterie se décharge. Le moteur thermique prend alors le relais. On retrouve également un système de contrôle appelé Hybrid Synergy Drive ou HSD qui a pour rôle d’organiser la répartition d’efforts entre le moteur à essence et les deux moteurs électriques dans le but d’une optimisation du rendement global. Par ailleurs, pour récupérer de l’énergie durant les ralentissements, le freinage devient aussi hybride ; il est contrôlé par ordinateur. Lorsque l’on relâche l’accélérateur,  le moteur thermique ne s’alimente pas en carburant ce qui fait que le freinage est assuré par MG2 via la batterie. Ainsi, lorsque l’on actionne la pédale de frein, c’est MG2 qui fournit l’effort de freinage avant les freins à disques qui viennent ensuite si la pression est plus forte. Même si cette voiture fonctionne uniquement avec de l’essence comme source primaire d’énergie, sa consommation reste raisonnable : 5 litres / 100 km. On obtient ce résultat lorsque le moteur thermique fonctionne au plus près de son rendement maximal.

 


BMW i3

BMW i3

BMW i3

BMW débute tout juste dans le domaine électrique de sa gamme i avec la BMW i3. C’est une citadine caractérisée par diverses innovations technologiques marquant un nouveau départ pour l’automobile électrique. On retrouve ce modèle dans les concessionnaires choisies par la firme allemande, dans lesquels le personnel a été spécialement formé pour prendre en charge les clients. On peut accéder au modèle dès 27 990 euros avec le bonus écologique déduit. On peut également louer l’i3 à partir de 470 euros par mois, entretien inclus et sans apport. Avec l’option prolongateur d’autonomie, il faut payer à peu près 4000 euros. Côté motorisation, cette voiture dispose d’un moteur électrique de 125 kW qui développe 170 chevaux et qui est doté d’un couple de 250 Nm. La BMW i3 est un véhicule propulsion avec une transmission assurée par la boîte à un seul rapport. Le moteur électrique possède la technologie BMW eDrive qui permet une récupération d’énergie durant le freinage ou la décélération. Cette puissance de récupération peut aller jusqu’à 50 kW. L’i3 offre une accélération de 0 à 60 km/h en 3,7 s avec une accélération de 0 à 100 km/h en 7,9 s. La vitesse maximale relevée est de 150 km/h. En ce qui concerne la consommation, le véhicule affiche utilise près de 12,9 kWh/100 km. Si l’on utilise le prolongateur d’autonomie, cette consommation peut passer à 13,5 kWh/100 km. Quant à la consommation de carburant en usage mixte, elle est de 0,6 litres / 100 km. Le véhicule dispose d’une batterie de type lithium-ion doté d’une capacité de 22 kWh. Garantie 8 ans ou 100 000 km, sa capacité maximale est de 70%. La BMW I3 possède une autonomie de 130 km à 160 km selon la manière de conduire et les conditions. Il existe des modes de conduite ECO PRO et ECO PRO+ qui font gagner près de 20 km d’autonomie. Sur le papier, cette voiture peut donc rouler jusqu’à 200 km selon le mode de conduite et le trajet. Cela peut être étendu à l’aide du prolongateur d’autonomie thermique proposé en option. L’autonomie peut donc passer à 300 km. Ce prolongateur est un bicylindre essence de 650 cm3 qui délivre une puissance de 25 kW, soit l’équivalent de 34 chevaux. Pour recharger pleinement cette voiture électrique, cela peut prendre jusqu’à 8 h à l’aide de prise complète. Avec une prise de recharge rapide, on peut recharger la voiture à 80% en moins de 30 minutes seulement. Concernant le design, l’intérieur de la voiture se démarque par la présence d’un écran de contrôle placé sur le tableau de bord. Le plastique renforcé à la fibre de carbone recyclé est le matériau le plus utilisé, avec une touche naturelle et classe grâce à un tableau de bord en bois. Le poids de l’i3 est très léger, 1 195 kg uniquement. Sa conception a été faite de sorte à ce que l’engin soit allégé au maximum.

 

RENAULT KANGOO Z.E

RENAULT KANGOO Z.E

RENAULT KANGOO Z.E

Renault possède aussi un véhicule électrique conçu pour convaincre les récalcitrants de sauter enfin le pas. Il s’agit d’une version du Kangoo Z.E, donc utilitaire, qui possède vraiment tous les atouts, dont la capacité de tracter une charge.  Peu de gens se rappellent du tout premier modèle électrique de Kangoo commercialisé en France. Il s’agit du Kangoo Elect’Road qui ne s’est, malheureusement, écoulé qu’à 500 exemplaire malgré les espoirs que le constructeur y mettait. Il disposait d’un moteur thermique en complément de l’électrique et pouvait avoir une autonomie de 100 km environ. Malheureusement,  à cause du coût d’achat trop élevé qui était de 120 000 Francs HT à l’époque, l’utilitaire n’eut pas le succès escompté. Mais la roue est sur le point de tournée depuis ce fameux modèle. Puisque l’électrique est en passe de devenir la nouvelle valeur montante de l’industrie automobile, Renault, après toute cette expérience passée, a tous les atouts pour se remettre en selle. De plus, ce nouveau successeur qui est le Kangoo ZE n’a pas beaucoup de concurrents outre le Citroën Berlingo, le Ford Transit Connect d’Azur Dynamics et le Fiat Doblo. Renault peut facilement se distinguer du lot en ayant déjà acquis en notoriété. Le Kangoo ZE est un tout électrique, pas comme son ancêtre Elect’Road qui a seulement un bloc thermique en complément. Il dispose d’un moteur synchrone à rotor bobiné appuyé d’une batterie Li-ion de 22 kWh même si la puissance nominale de son moteur est de 44 kW, ce qui équivaut à 60 chevaux en tout. La batterie ne se situe pas sur le train arrière mais se trouve par contre sous le plancher pour une économie de 20 kg au passage et pour abaisser le centre de gravité de l’auto. Par conséquent, la contenance du coffre est exactement comme la version thermique, ce qui est exceptionnel pour ce type de véhicule : 3 000 L à 3 500 L pour le ZE, et 4 000 L à 4 600 L pour le Maxi ZE et enfin 1 300 L à 3 400 L pour le ZE Maxi 5 places. Outre la capacité de rangement, il faut aussi considérer la charge utile qui caractérise le plus ce type de voiture électrique. Renault promet ainsi 650 kg, ce qui explique la raison pour laquelle la puissance du moteur a baissé. L’autonomie est ainsi préservée et la prestation est tout simplement garantie. En ce qui concerne le poste de conduite, il n’y a pas de grands changements si ce n’est la présence d’un compteur adapté et d’un ordinateur de bord. On remarque une planche de bord simple, sans fioritures c’est-à-dire ni GPS TomTom ni autoradio et encore moins de climatisation.

 

Conclusion

Il est alors clair que les voitures électriques prennent aujourd’hui peu à peu la puissance même si les modèles capables de tirer une remorque sont encore peu nombreux. Il est à prévoir que d’ici quelques années, on puisse considérer les véhicules électriques au même titre que les engins thermiques.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 5 voitures électriques capables de tirer une remorque

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,
    Contrairement à ce que suggère l’article, il ne s’agit pas nécessairement d’un problème de puissance mais probablement d’un problème de résultats de crash tests, ou de crash tests non effectués avec remorque. Par exemple l’ancien Kangoo ZE partageait un moteur je crois similaire à celui de la ZOE et l’ancien Kangoo ZE a été homologué avec remorque alors que la ZOE ne l’est pas: les tests avec remorque n’auraient pas été effectués selon le vendeur de ma ZOE. Mais je le répète ces moteurs sont déjà depuis un bon moment largement assez puissants pour tirer une remorque! Le moteur R 60 du nouveau Kangoo qui comme son ancêtre peut tirer une remorque, couplé à une nouvelle batterie 33 kWh permet une autonomie théorique (sans remorque) de 270 kilomètres (autonomie réelle estimée entre 120 et 200 km, avec une charge utile de 650 kgs) suivant la température extérieure (120 kms en hiver et 200 kms en été). On peut acquérir en option un pack froid pour augmenter l’autonomie.

Laisser un commentaire